Epigraphe

Franz Kafka : “Je ne sais pas si je suis début ou fin”.

Leonor Fini : “Les tableaux sont des images porte-parole. Ils racontent les chemins suivis, les chemins dérobés. Il n’y a rien à ajouter. Il n’y a aucune allégorie, mais, plutôt, une insoumission à l’allégorie”.

Epigraphe que le narrateur a préférée au traditionnel avertissement : “Toute ressemblance avec des personnes vivantes ou ayant réellement existé serait purement fortuite”.

1 commentaire:

Steve Finnell a dit…

you are invioted to follow my blog